Canton de La Baule-Escoublac : Votez Philippe ROMILLAT et Françoise GIRAULT !

Les candidat-e-s

Philippe ROMILLAT, 59 ans, menuiser-ébéniste et Françoise GIRAULT, 61 ans, Adjointe à la chef du bureau des affaires générales au sein de la DRH de l'agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), sont les candidats titulaire de l'UDB sur le canton de La Baule-Escoublac.

Ils sont accompagnés de deux remplaçant-e-s : Gérard DURET, 66 ans, retraité de la fonction publique et Françoise GUILLARD, 55 ans, sans emploi.

Attachés à la dimension maritime de la Loire-Atlantique, ils entendent agir pour stimuler l'activité portuaire, notamment par des liens renforcés avec les ports bretons. Ils sont également, entres autres, attachés à une meilleure liaison routière entre Saint-Nazaire et Redon.

Philippe ROMILLAT et Françoise GIRAULT



NOTRE PROGRAMME :
  Circu La Baule 51 892 ex-1Circu La Baule 51 892 ex-2

La «réforme territoriale» aurait pu permettre un vrai débat sur la réunification de la Bretagne. C’est une grande déception ! Sans consultation de la population, rien ne changera, au mépris des 70% d’opinions favorables.

L’UDB garde espoir. Nous nous présentons à cette élection pour mettre les nombreux atouts de la Bretagne au service de tous :

- L’atout premier de la Loire-Atlantique : être tournée vers la mer. Le port de Nantes/ Saint-Nazaire, en lien avec les autres ports bretons, doit stimuler les activités maritimes : la construction navale, les énergies marines, le transport par la mer, le cabotage.

La mer, c’est le tourisme : les professionnels en Loire-Atlantique se disent du « Sud Bretagne ». La mer : c’est la pêche. Il nous faut la création d’un Comité Départemental des Pêches.

Un atout à préserver, le partage des richesses entre les territoires et les individus. Nous nous opposons à la métropolisation qui pousse les plus pauvres vers les périphéries.

Un atout à renforcer, le soin aux personnes isolées. Aidons les personnes âgées, les personnes handicapées, les familles monoparentales, les ruraux.

Un atout pour l’emploi, la diversité des PME / TPE. Les collectivités locales sont mieux placées que Paris pour développer les pépinières d’entreprises, créatrices des emplois de demain.

Un atout à mobiliser, la dynamique collective bretonne. Le label « Produit en Bretagne » et l’arrivée du «.bzh» pour les adresses Internet renforcent cette attractivité.

Un atout à valoriser : les richesses et les espaces naturels. La biodiversité, l’agriculture, les circuits courts, les énergies renouvelables produites en Bretagne.

Un atout à développer : les transports de demain. Une vraie ligne ferroviaire entre Nantes et Rennes via Châteaubriant, l’amélioration de la liaison routière entre Saint-Nazaire et Redon, un plan régional aéroportuaire concerté, les voies vertes et déplacements doux.

Un atout à cultiver : l’affirmation de la singularité bretonne et de la diversité des cultures. Nous souhaitons valoriser le plurilinguisme parce que celui qui est sûr de son identité n’a pas peur de s’ouvrir à celle des autres.

L’UDB demande que les citoyens puissent décider démocratiquement de leur destin. Elle soutient les projets de votations citoyennes.

Afin de valoriser ces atouts, l’UDB propose la création d’une collectivité à statut particulier : « l’Assemblée de Bretagne » : fusion des cinq conseils départementaux bretons. Elle disposera de pouvoirs réels, comme de nombreuses autres régions fortes d’Europe.

Montrez que vous avez confiance en vous : osez l’UDB !


L'ÉQUIPE
blockimage
De gauche à droite : Françoise GUILLARD (remplaçante), Philippe ROMILLAT (titulaire), Gérard DURET (remplaçant), Françoise GIRAULT (titulaire)