Canton de Saint-Brieuc : Votez pour « À gauche, ensemble ! », le rassemblement UDB-PCF-EELV

st-brieuc

1212088_9143967-sbrmontagneudb-20110219-b112mBenoît MONTAGNÉ (UDB), candidat titulaire

| Source : Ouest-France du 19/02/2015

« À gauche, ensemble ! » : tel est le slogan des trois partis qui jouent l'union dans les cantons de Saint-Brieuc 1 et 2. Sans le PS, contrairement aux municipales...

Blandine Claessens (Europe écologie - les Verts) et le communiste Yannick Le Cam formeront le binôme de cette union de gauche, « sans le PS parti seul », dans le canton de Saint-Brieuc 1 (anciennement Saint-Brieuc Ouest).

Blandine Claessens, 50 ans, enseignante au lycée Jean-Moulin, siège actuellement au conseil municipal de Saint-Brieuc dans les rangs de la gauche unie, autour du leader socialiste Didier Le Buhan. Tout comme Yannick Le Cam, 55 ans, attaché parlementaire et ancien instituteur, qui fut également déjà candidat dans ce canton Saint-Brieuc Ouest, lors des dernières cantonales. À cette époque, Yannick Le Cam avait, parmi ses concurrents, le vert Marc Boivin, 69 ans, ancien conseiller municipal briochin, devenu aujourd'hui remplaçant de sa colistière. Autre temps, autres moeurs... Marine Vandenbussche sera, elle, l'autre suppléante communiste.

UDB et PC à l'Est

Dans le canton Est, désormais appelé Saint-Brieuc 2, l'union sera représentée par Cigdem Aktas (PCF), 42 ans, commerçante, et Benoît Montagné (Union démocratique bretonne), 49 ans, employé, qui s'était présenté dans le canton de Langueux, en 2008. Leurs suppléants seront Yvelyne Prual (PCF), 64 ans, retraitée du commerce, et le divers gauche Ludovic Gouyette, 32 ans, cadre.

« Le PS a décidé de partir de son côté. Nous, nous restons dans la logique de rassemblement des municipales », affirment ces candidats, qui entendent démontrer, durant la campagne, qu'il existe une alternative à la politique d'austérité actuellement menée par le gouvernement. Eux plaident pour une « politique sociale, solidaire et écologiste défendant un service public de qualité et de proximité et favorisant l'emploi ». « Dans un contexte économique difficile, il faut une grande ambition publique, en associant la population, sans céder au désarroi, mais au contraire en redonnant de l'espoir », martèle Yannick Le Cam.

Le 5 mars prochain, ils invitent leurs militants et sympathisants à une réunion, à Robien, entre 18 h et 20 h.